ALINGHI REMPORTE LE BOL D’OR MIRABAUD

Mené pour l’occasion par Arnaud Psarofaghis, Alinghi a remporté le Bol d’Or Mirabaud au scratch, une minute trente devant Spindrift, deuxième M1, et onze minutes devant Zen Too, deuxième D35. Okalys complète le podium

Les conditions exceptionnelles annoncées pour cette 79e édition du Bol d’Or Mirabaud n’ont pas fait défaut, et la Bise a soufflé presque du début à la fin de cette régate exceptionnelle.

Avec plus de soixante-cinq multicoques sur la ligne qui leur était réservée, le départ n’a pas été une sinécure pour les neuf D35 présents pour la 79ème édition de la plus grande régate en eau fermée du monde. Avec une quinzaine de noeuds de vent au moment du coup de canon, les voiliers ont rapidement pris la direction de Versoix, pour passer la première marque obligatoire du parcours, et avant de tirer des bords dans le petit lac pour rejoindre Yvoire.

Si le meilleur départ a été pris par Swisscom, Alinghi a rapidement pris les commandes du jeu, talonné par Realteam et Zen Too. Ladycat, qui ne court pas en catégorie D35 mais M1, a également trusté les avant-postes. Les concurrents ont cherché le meilleur moment pour virer de bord et gagner le Grand Lac, moment stratégique pour aborder la deuxième partie de la course.

La bise, censée tenir sur tout le lac, s’est essoufflée à la hauteur de St-Prex, et le passage a imposé aux tacticiens une bonne dose de créativité, pour franchir cette transition inattendue sans perdre trop de terrain. Ladycat et Alinghi ont profité de l’occasion pour laisser derrière eux les autres bateaux, et s’expliquer entre eux.

Le reste de la régate a consisté en un duel acharné entre les deux leaders. Finalement, Alinghi a terminé premier avec une avance d’une minute trente sur son poursuivant direct, et après 5h11 de course, soit dix petites minutes de plus que le record de l’épreuve. Zen Too, qui fait aussi une très belle course, fini deuxième D35, après 5h22. Okalys, qui signe une des plus belles remontées lors de l’aller vers le Bouveret. complète le podium après 5h23 de course. À noter encore que si les écarts étaient relativement significatifs entre les D35 à l’arrivée, Swisscom et Ylliam Comptoir Immobilier ont gratifié le publique d’un magnifique duel sur la ligne d’arrivée.

Ravi de sa performance, Arnaud Psarofaghis, a relevé la qualité de son équipage et voit cette victoire jouée au retour du Bouveret: « Pour moi, la régate s’est décidée à l’entrée du petit lac. Nous avons fait un choix stratégique différent de celui de Spindrift, un choix qui s’est avéré payant. »

Nils Frei attribue pour sa part ce succès à la réactivité de l’équipage après le passage de la barge: « Nous sommes passés deuxièmes, mais avons été les premiers à engager un virement de bord, pour retourner côte Suisse et chercher la Bise, ça nous a donné l’avantage. C’est tellement rare d’avoir des airs posés sur tout le lac, ça nous permet de faire un des meilleurs temps de l’épreuve. C’était un vrai match avec Spindrift, ça s’est joué à peu de chose. »

Pour Pierre-Yves Jorand, directeur de l’équipe, cette victoire était attendue depuis 2011. « Nous n’étions pas loin l’an dernier, nous avons fait deux fois deuxième, ça commençait à bien faire. Nous sommes ravi de remporter pour la deuxième fois en D35 ce Bol d’Or. »

Ernesto Bertarelli qui suit l’America’s Cup aux Bermudes, n’a pas manqué de saluer cette performance depuis le milieu de l’atlantique. « Je félicite mon équipe pour cette belle victoire. Ils ont profité d’une magnifique journée de bise, particulièrement soutenue. Je félicite évidemment aussi Ladycat qui s’est avéré un compétiteur exceptionnel sur cette course. Notre concurrence nous force à progresser chaque année, pour améliorer nos performances. C’est excellent pour le sport. »

Cette victoire du Bol d’Or Mirabaud conforte la domination d’Alinghi sur le championnat des D35. Le voilier d’Ernesto Bertarelli se retrouve avec quatre points, alors que Zen Too, deuxième, en compte onze. Ylliam Comptoir Immobilier, qui fini sixième ce jour, complète le podium avec treize points.

Les D35 vont maintenant prendre leur pause estivale, avant de reprendre le championnat le premier septembre pour l’Open du Yacht-Club de Genève.Les équipages qui ont rencontré des difficultés en début de saison vont profiter de cette période pour acquérir plus d’expérience, et tenter de revenir dans les points pour la suite.

DEUX RENCONTRES POUR TROIS JOURS DE RÉGATES

Les D35 ont disputé ce week-end le Grand Prix Realstone de Versoix et la Genève Rolle Genève. Alinghi confirme sa position de leader au terme de ces deux rencontres.

Deux étapes du D35 Trophy ont pu être disputées ce week-end. Le Grand prix Realstone de Versoix vendredi et dimanche, et la Genève-Rolle-Genève samedi.

Pour le Grand prix Realstone, les équipages ont d’abord trouvé un lac lisse comme un miroir en arrivant vendredi matin, et des conditions peu engageantes pour la suite de la journée. Pourtant, en début d’après midi, les nuages se sont dissipés pour laisser la place à un ciel bleu, et un petit flux d’ouest d’une dizaine de nœuds.
Après une longue attente à terre, le comité de course a donc envoyé la flotte sur l’eau, et posé un parcours d’un mille au large de Genthod.
Impatients d’en découdre, les concurrents ont été sifflés pour un rappel général après le premier départ. Le second a été le bon, et la première régate a pu être disputée aux alentours de 15h30. Okalys a subi une avarie de tangon qui a contraint l’équipage à rentrer au port pour réparer. Le bateau de Nicolas Grange a toutefois pu rejoindre le plan d’eau pour la course 5 et 6.
Les manches se sont ensuite enchaînées durant la deuxième partie de l’après-midi, avec quelques rappels individuels, à chaque fois réparés par les concurrents concernés. Alinghi, qui a mordu le départ de la course 3 a réalisé un remarquable come-back, pour terminer sur le podium, alors qu’il passait sous le vent en queue de peloton.
Au final, Ylliam – Comptoir Immobilier réalise la plus belle journée, et prend momentanément la tête du classement avec trois points d’avance sur son poursuivant Swisscom, qui devance lui-même Alinghi de deux points.

Dimanche, les airs ont été tout aussi capricieux, et les équipages ont rejoint le plan d’eau vers 15h, alors que le Séchard peinait à s’installer. Le comité de Course a réussi l’exploit d’envoyer deux courses avant l’heure limite. Remportées par Alinghi, elles permettent au voilier d’Ernesto Bertarelli de reprendre la tête du classement. « Le vendredi a été un peu difficile pour l’équipage, a brièvement commenté le vainqueur. Mais nous sommes vraiment contents de notre résultat de ce dimanche, qui nous permet de gagner. Les autres bateaux progressent aussi, et même si nous avons une belle avance, nous devons toujours rester attentifs, car ils restent dangereux. Ylliam – Comptoir Immobilier, Swisscom et Zen Too sont des concurrents très sérieux. »
Malgré un résultat un peu décevant, Esteban Garcia, barreur de Realteam était ravi de l’événement, dont il est également partenaire. « C’était un magnifique week-end, a-t-il confié. Ce n’était pas évident, et nous n’imaginions pas disputer autant de courses sur ces deux jours. Le comité a fait un travail remarquable, c’est un bel effort. Être partenaire de ce Grand Prix est devenu une tradition pour Realstone, et nous sommes vraiment heureux d’accueillir la flotte des D35 dans notre port d’attache. Nous allons organiser une épreuve de ski cet hiver, avec tous les équipages, pour faire un classement ski-voile Realstone. »

Du côté de la Genève-Rolle-Genève, les concurrents ont vécu un samedi très difficile, sous un soleil de plomb et relativement peu de vent. Avec un départ à 13h, les voiliers ont pu profiter d’une petite brise thermique d’une dizaine de nœuds avant d’affronter une longue zone sans vent entre Yvoire et Rolle. Alinghi et Mobimo ont été les premiers à passer la bouée de la mi-parcours,

suivi de Realteam, Swisscom, Racing Django et Ylliam – Comptoir Immobilier. Au moment de reprendre le cap vers Genève, le lac ressemblait à un miroir, forçant les équipages à exploiter chaque souffle et petite risée. Les premiers ont retrouvé un peu de vent à l’entrée du petit lac, et Alinghi et Swisscom se sont livrés une magnifique bagarre jusqu’à la ligne. Au final, le voilier Swisscom de Julien Monnier a remporté la Genève Rolle Genève avec une seconde d’avance, et après 5h40 d’une régate compliquée. Christian Wahl complète le podium, deux petites minutes derrière les leaders. « C’était une bagarre magnifique, a raconté Julien Monnier, ravi de sa course. Et de poursuivre: Je retiendrai le retour dans le petit lac, et bien sûr l’arrivée. Nous avons mis une belle pression à Alinghi. Le passage le plus délicat était entre Rolle et Yvoire. C’était certainement le moment charnière de la course. Ensuite, nous n’avons rien lâché pour tenter de reprendre Alinghi. Quand on est derrière, on fait le jeu, et celui-de devant tente de le maîtriser. On a eu la faveur d’une petite risée qui nous a permis de revenir, et d’engager un jeu tactique entre les deux dernières bouées, pour finalement l’emporter à moins d’un mètre. Nous sommes vraiment contents. »

Classement de la Genève-Rolle-Genève

Classement du Grand Prix Realstone

Classement du D35 Trophy après quatre manches

Swisscom s’impose d’une seconde sur Alinghi

Le voilier Swisscom de Julien Monnier a remporté la Genève Rolle Genève après 5h40 d’une régate compliquée. Le vainqueur l’emporte avec moins d’un mètre d’avance sur Alinghi. Mobimo de Christian Wahl complète le podium.

Les D35 ont participé cet après-midi à la Genève-Rolle-Genève, première grande course de la saison. Deux cent trente concurrents étaient inscrits à la classique qui se disputait pour la 53e fois.
Avec un départ à 13h, les voiliers ont pu profiter d’une petite brise thermique d’une dizaine de noeuds qui a permis aux multicoques de rapidement prendre la direction de Rolle. La flotte, qui a assez vite pris l’option de la côte française, a ainsi atteint Nernier puis Yvoire après une longue série de virements de bords.
Les choses se sont ensuite compliquées, et la traversée entre la sortie du petit lac et la mi-parcours s’est déroulée dans des airs évanescents. Alinghi et Mobimo ont été les premiers à passer la bouée, suivi de Realteam, Swisscom, Racing Django et Ylliam – Comptoir Immobilier. 

Les D35 ont repris le cap vers Genève, sur un lac qui ressemblait à un miroir. En exploitant chaque souffle et petite risée, les meilleurs ont réussi à s’extirper des calmes, pour retrouver des airs discrets en passant Yvoire.

Alinghi, Swisscom, et un peu plus loin Mobimo, ont alors réalisé une superbe descente vers Genève, jouant avec les risées le long de la rive française. Malgré quelques tentatives, Mobimo n’a pas réussi à inquiéter les deux premiers, qui se sont livrés une superbe bataille. « C’était une bagarre magnifique. A raconté Julien Monnier, ravi de sa course. Et de poursuivre: Je retiendrai le retour dans le petit lac, et bien-sûr l’arrivée. Nous avons mis une belle pression à Alinghi. Le passage le plus délicat était entre Rolle et Yvoire. C’était certainement le moment charnière de la course. Ensuite, nous n’avons rien lâché pour tenter de reprendre Alinghi. Quand on est derrière, on fait le jeu, et celui-de devant tente de le maîtriser. On a eu la faveur d’une petite risée qui nous a permis de revenir,

et d’engager un jeu tactique entre les deux dernières bouées, pour finalement l’emporter à moins d’un mètre. Nous sommes vraiment contents. »
Alinghi est évidemment un peu déçu, mais content d’avoir disputé cette belle régate. « Nous terminons à une seconde, mais derrière. A expliqué Pierre-Yves Jorand. C’est un peu décevant vu qu’on a mené toute la régate. Mais c’est le jeu, et Swisscom a fait une très belle course. Ils nous ont mis une pression constante sur tout le portant et ils ont réussi à glisser leurs étraves juste avant la ligne. Le comité a très bien fait les choses, ils ont vu et revu les vidéos pour finalement les déclarer vainqueur pour 80cm. »
Mobimo, a pour sa part terminé deux minutes derrière. Ylliam – Comptoir Immobiler, quatrième, arrive par contre plus de vingt minutes après le groupe de tête. Racing Django est cinquième, Realteam sixième, Zen Too septième, Phaedo Squared huitième et Okalys ferme la marche.
Demain, les D35 vont poursuivre avec la deuxième journée du Grand prix Realstone pour une série de six courses en aller-retour au large de Versoix.

Grand prix Realstone – Jour 1

Les neuf concurrents du D35 Trophy se sont retrouvés ce matin à Versoix pour la première journée du Grand prix Realstone.

Lac lisse comme un miroir et ciel voilé ne laissaient pas présager une belle journée de course ce matin. Pourtant, en début d’après midi, les nuages se sont dissipés pour laisser la place à un ciel bleu, et un petit flux d’ouest d’une dizaine de noeuds.

Après une longue attente à terre, le comité de course a donc envoyé la flotte sur l’eau, et posé un parcours d’un mille au large de Genthod.

Impatients d’en découdre, les concurrents ont été sifflés pour un rappel général après le premier départ. Le second a été le bon, et la première régate a pu être disputée aux alentours de 15h30. Okalys a subi une avarie qui a contraint l’équipage de rentrer au port pour réparer. Le bateau de Nicolas Grange a toutefois pu rejoindre le plan d’eau pour la course 5 et 6.

Les manches se sont enchaînées durant la deuxième partie de l’après-midi, avec quelques rappels individuels, à chaque fois réparés. Alinghi, qui a mordu le départ de la course 3 a réalisé un remarquable come-back,

pour terminer sur le podium, alors qu’il passait sous le vent en queue de peloton.

Au final, Ylliam – Comptoir Immobilier réalise la plus belle journée, et termine 1er avec trois points d’avance sur son poursuivant Swisscom, qui devance lui-même Alinghi de deux points.

Demain, la flotte participera à la Genève-Rolle-Genève, avant de disputer la deuxième journée de ce Grand prix Realstone qui se disputera dimanche.

Week-end chargé en perspective

Les neuf D35 du circuit 2017 vont se retrouver ce vendredi 9 juin à Versoix pour le Grand prix Realstone, avant de disputer samedi la première grande régate de l’année, la Genève-Rolle-Genève.

La flotte 2017 des D35 sera pour la première de l’année fois au complet ce week-end. Le voilier Phaedo2 (Prononcer Phaedo Squared), de Lloyd Thornburg rejoint en effet le championnat, après plusieurs d’entraînement effectués sur le Léman. Les catamarans se retrouveront d’abord à Versoix pour la première journée du Grand prix Realstone.

Le premier signal d’avertissement pourra être donné dès 11h15, pour un maximum de six courses.

Samedi, les D35 participeront à la Genève-Rolle-Genève, pour un parcours de 36 milles nautiques entre le Yacht-Club de Genève, et la petite ville de la côte vaudoise. Deux cents bateaux sont attendus pour cet événement traditionnel, qui précède chaque année le Bol d’Or Mirabaud. Le départ sera donné à 13h, à la Tour Carrée. En fonction des conditions, l’aller-retour devrait être assez vite avalé pour les seigneurs du lac.

Les premiers devraient être de retour en deuxième partie d’après midi.

Dimanche, les équipages retourneront sur l’eau pour la seconde journée du Grand prix Realstone. Six régates pourront encore être disputées entre 11h30 et 16h.

À l’issue du week-end, le classement du D35 Trophy permettra de donner une première tendance. Les équipages performants en Grand prix ne sont pas forcément ceux qui brillent en grande course. Le suspens reste donc entier.

ALINGHI GAGNE À VERSOIX, DEVANT ZEN TOO ET YLLIAM – COMPTOIR IMMOBILIER

L’équipage d’Ernesto Bertarelli s’est imposé à Versoix avec une confortable avance sur ses poursuivants. Zen Too signe une belle deuxième place alors qu’Ylliam Comptoir-Immobilier monte sur la troisième marche du podium.

L’Open de Versoix, qui s’est disputé entre vendredi et dimanche, a été dominé par Alinghi, qui s’impose avec seize points d’écarts et quatre victoires de manches. Zen Too réalise une belle opération et profite de la disqualification de Mobimo sur la course 9, pour prendre la deuxième place. Il est talonné par Ylliam Comptoir-Immobilier de Bertrand Demole qui monte sur la troisième marche du podium.

Neuf courses ont pu être disputées durant ces trois jours de régates. L’épreuve n’a pas été simple à mener pour le comité de course qui s’est démené pour offrir des manches de qualité à la flotte. Benoit Deutsch et son équipe ont su jouer durant trois jours avec des conditions de vent variable en force et en direction. Les parcours ont plusieurs fois dû être réorientés, et deux manches ont dû être annulées après le départ, pour cause de vent mollissant. La Bise espérée dimanche, s’est montrée beaucoup plus timide que prévu, et la chaleur a favorisé une brise thermique venue contredire le flux de synoptique, pour finalement faire tomber le vent sur le plan d’eau.

Le week-end a aussi été marqué par beaucoup d’action sur l’eau, et les juges Gérard Bosse et Marc Bouët ont été très sollicités. Pas moins d’une dizaine de pénalités ont été infligées durant le week-end. Mobimo, qui écope d’une disqualification sur un refus de tribord passe de la deuxième à la quatrième place après une réclamation. « Ce qu’il faut retenir, c’est que nous avons bien navigué. A expliqué Christian Wahl, forcément un peu déçu par son déclassement. Il y a eu beaucoup de moments chauds, c’est très serré. Mais nous prenons des bons départs, nous naviguons juste, et allons vite. C’est dommage de terminer sur une disqualification. Mais ce qui compte, c’est de voir que nous pouvons être aux avants postes. »

Du côté du vainqueur, le skipper d’Alinghi est content de sa performance: « Ce n’était pas un week-end simple. A relevé Ernesto Bertarelli. Et de poursuivre : C’était difficile pour tout le monde. Nous avons une belle avance, mais ça se joue à peu de chose. C’est celui qui fait le moins d’erreurs qui l’emporte. Il y a beaucoup de changements à chaque manche. Ces bateaux sont des petites F1, ils doivent constamment être réglés, tout se joue sur des détails. »

Zen Too, qui est propulsé à la deuxième place relève également la difficulté des conditions: « C’était un Grand prix très lacustre, avec beaucoup d’incertitudes,

a commenté Fred Le Peutrec. Le jeu est toujours redistribué, il y a beaucoup de contacts. Chaque longueur est difficile à prendre. Le classement bascule en notre faveur avec un protêt, mais ça aurait pu être le contraire. D’une manière générale, nous marchons mieux que l’an dernier, grâce à une cure de jouvence offerte au bateau cet hiver. L’ensemble des petits détails que nous avons corrigé nous donne de l’aisance et nous permet d’être dans le jeu. »

Troisième à un point, Ylliam Comptoir-Immobilier réalise une très belle régate avec deux victoires sur le week-end. « C’était assez difficile, a expliqué Bertrand Demole. Nous n’avons pas très bien commencé avec une sixième place vendredi. Mais nous nous sommes ensuite bien battus. Nous avons cherché chaque point. Ce résultat est de bon augure pour la suite, après notre quatrième place au premier Grand prix. »

La prochaine épreuve, le Grand prix Realstone, se disputera les 9 et 11 juin, alors que la Genève-Rolle-Genève, qui compte également pour le championnat aura lieu le 10 juin. Phaedo2, le neuvième concurrent, sera présent pour ces régates. Son arrivée est très attendue par tous les équipages qui se réjouissent d’accueillir ce nouveau venu. 

ENTRÉE EN MATIÈRE RÉUSSIE

Alinghi s’est imposé lors du Grand prix BMW Emil Frey Genève Acacias, qui s’est disputé ce week-end à la SNG. Treize manches ont pu être courues durant les trois jours de régates

Genève, le 7 mai 2017 – La première régate du D35 Trophy, le Grand prix BMW Emil Frey Genève Acacias, s’est disputée ce week-end à la Société Nautique de Genève. Malgré le froid et la pluie, treize courses ont pu être disputées entre vendredi et dimanche. Alinghi ressort vainqueur de cette première confrontation de la saison avec une confortable avance sur son poursuivant direct Zen Too. Okalys, mené par Billy Besson complète le podium.

Sept des huit concurrents ont remporté au moins une manche et seul deux bateaux n’ont pas terminé dernier. Un score qui démontre la remarquable homogénéité de la flotte. Les régates se sont disputées avec un vent moyen oscillant entre cinq et quinze nœuds de vent et quelques rafales plus fortes. Le comité a même imposé à la flotte une prise de ris samedi, alors que l’anémomètre marquait vingt nœuds. Le reste du temps, les conditions étaient très maniables, et les marins se sont fait plaisir lors de ce premier événement.

 Le vent d’ouest, réputé pour être assez tordu, a donné du fil à retordre aux tacticiens.

Le vainqueur n’a bien sûr pas caché sa satisfaction, et s’est réjoui de cette victoire. « Pierre-Yves Jorand, qui n’avait plus navigué à bord depuis un an était de retour, et c’est un plaisir de l’avoir à nouveau avec nous. A relevé Ernesto Bertarelli. Et de poursuivre: Ce week-end a été remarquablement orchestré par le comité de course. C’était très disputé, et nous sommes contents de nous en sortir premier. La flotte est un peu plus petite que l’an dernier, mais c’est presque plus intéressant. Il y a plus de place pour s’exprimer, moins d’embouteillages. Mais le jeu est très serré, et il y a beaucoup de changement dans le classement. Notre capacité à revenir dans le jeu même quand nous ne sommes pas bien placés au début, nous a permis de nous imposer sur ce week-end. » Deuxième, Zen Too de Guy de Picciotto réalise également une très belle performance. « L’intersaison nous a été très favorable, nous avons fait beaucoup mieux que les autres années. J’espère que nous pourrons confirmer la prochaine fois ».

Le troisième Okalys, mené pour l’occasion par Billy Besson a signé une magnifique remontée. « C’était un Grand prix en deux temps, avec une très mauvaise journée samedi, et une bien meilleure dimanche. Nous avons progressé tout au long des régates, et amélioré de nombreux points, qui nous ont permis de finir sur le podium. »

Alexandre Farago, directeur d’Emil Frey Genève Acacias, partenaire de l’événement, n’a pas manqué de saluer l’ensemble des équipages pour leur performance, et s’est déclaré impressionné par le spectacle offert tout au long du week-end.

Les D35 doivent se retrouver dans une quinzaine de jours pour poursuivre la saison, avec l’Open de Versoix, qui doit se disputer du 19 au 21 mai au CNV. D’ici là, chacun va parfaire sa préparation afin de tenter d’améliorer sa performance et son classement. 

De la pluie, du vent d’ouest, et six régates

« Hier nous attendions du soleil et du vent, et nous n’avons fait qu’une course. Aujourd’hui la météo prévoit des airs trop faibles pour naviguer, alors il n’est pas exclu que nous puissions faire quelques régates. » Bertrand Favre, série master des D35 ne croyait pas si bien dire au moment du briefing ce matin. Car si le vent a mis du temps à s’installer, et que le premier départ a été retardé de plusieurs heures, six courses ont finalement pu être disputées entre 14h et 18h. L’anémomètre même monté au-delà de vingt noeuds pendant un moment, incitant le comité de course à hisser le pavillon R, qui oblige les concurrents à prendre un ris.
La plupart des courses s’est toutefois disputée dans une douzaine de nœuds de vent, sous une pluie battante. Alinghi a remporté trois des six régates, Ylliam – Comptoir Immobilier deux et Zen Too une.

« Il y a eu pas mal de vent, et nous n’avons pas très bien navigué sur les deux premières courses. Nous avons eu besoin d’un peu de temps pour nous mettre dedans, a expliqué Nicolas Charbonnier, tacticien d’Alinghi. Et de poursuivre : le vent de sud-ouest est très oscillant, et assez compliqué. Mais nous avons fini par trouver le bon rythme, et ça s’est bien passé.

Nous manœuvrons bien, le bateau va vite, donc si on va au bon endroit, on doit être devant. Le comité de course a par ailleurs fait un travail remarquable en réussissant à envoyer six régates. »

Tous les bateaux, sauf Mobimo vainqueur de la course d’hier, ont terminé au moins une fois sur le podium. Un point qui rappelle combien les places sont chères et disputées dans cette série strictement monotype.

Demain, les concurrents pourront disputer jusqu’à six courses. Un vent d’ouest d’une dizaine de nœuds devrait souffler sur le plan d’eau. 

Une manche pour la première journée du D35 Trophy 2017

Le D35 Trophy a débuté ce jour avec le Grand prix Emil Frey Genève Acacias dans des conditions de vent faible. Une seule course a pu être lancée, avant que les airs ne disparaissent.

Bertrand Favre, le série master, a insisté pour que les équipages partent sur l’eau juste après le briefing, afin d’être prêt pour le premier départ possible à 14h précise. Le comité de course, mené par Benoit Deutsch a lancé sa procédure à l’heure, pour profiter du petit flux de nord qui soufflait sur le petit lac.

Mobimo a tenté un départ bâbord à la bouée, couronné de succès, puisque le voilier a mené par Christian Wahl est passé devant ses sept concurrents sur la ligne au moment du coup de canon.

Le voilier a ensuite fait la régate en tête de bout en bout.  » Nous étions les seuls à tenter un départ à la bouée. À expliqué le skipper. Et de poursuivre : Le vent a tourné légèrement à gauche une minute avant le départ, ce qui nous a permis de passer devant. Nous avions plusieurs options, et avons choisi au dernier moment. » Le vainqueur, ravi de son entrée en matière a encore relevé : « Au niveau de l’équipage, l’arrivée de Corentin Horeau se passe très bien. Notre équipe est structurée, et a ses automatisme. Un contexte qui favorise l’intégration, particulièrement avec une personne compétente et talentueuse. D’une manière général, nous avons acquis de la fluidité et avons fait de réel progrès dans ces conditions.
Nous constatons que nous pouvons aussi creuser l’écart. Nous espérons poursuivre sur cette lancée demain ».

La course s’est terminée dans des airs faiblissants, et aucune possibilité de renvoyer une manche ne s’est présentée avant la fin de la journée. La flotte a donc regagné la SNG vers 17h pour un apéritif offert par le partenaire de l’événement, Emil Frey Genève Acacias.

Demain, les concurrents seront prêt à en découdre dès la fin de la matinée. Du vent d’ouest est attendu, ainsi que de la pluie.

OUVERTURE DE LA QUATORZIÈME SAISON DES D35

Les Décisions 35, incontournables multicoques lémaniques, débutent vendredi leur quatorzième saison avec le Grand-Prix BMW Emil Frey Genève Acacias. 

La première des huit rencontres du D35 Trophy 2017 débute vendredi à la Société Nautique de Genève. Huit équipages seront présents pour le désormais traditionnel le Grand-Prix BMW Emil Frey Genève Acacias. Le neuvième inscrit du championnat, le britannique Phaedo2, rejoindra la flotte les 9 et 11 juin prochain pour le Grand-prix Realstone de Versoix.

Les bateaux qui ont été démonté durant l’hiver pour une indispensable révision annuelle, ont tous été remonté et remis à l’eau entre fin mars et mi-avril.

Des sessions d’entraînements commune ont été organisée afin d’optimiser aux mieux les sorites sur l’eau pour chacun. Les équipages débutent donc cette première rencontre avec des précieuses heures de préparation, ce qui garanti une entrée en matière disputée.  Plusieurs équipes ont encore profité de l’hiver pour faire des week-ends de team building en montagne, et ont certainement renforcé leur cohésion.

Alinghi, Swisscom, Mobimo, Ylliam – Comptoir Immobilier, Realteam, Zen Too, Okalys, Racing Django ont tous hâte d’en découdre enfin après l’hiver. Phaedo2 de Lloyd Thornburg qui ne compte pas faire de la figuration, est évidemment très attendu à Versoix début juin.

Huit épreuves sont au programme de 2017. Cinq se dérouleront entre mai et fin juin. Les trois dernières auront lieu après la pause estival, en septembre. Le calendrier est toujours divisé entre classiques lémaniques et Grand-prix. En dehors du Bol d’Or Mirabaud et de la Genève-Rolle-Genève, les régates se disputeront dans le petit lac.

Les neufs équipages en lice pour ce D35 Trophy 2017 visent bien sûr le classement de chaque épreuve, mais également celui du championnat.